Ahmed el fehdi
Ahmed el fehdi

Lorsqu’une personne arrive sur les lieux de travail, elle est presque sûre qu’elle sera scanné de la tête jusqu’aux pieds. Cette certitude est prépondérante chez tous les salariés tout type d’organisation confondu. Un tel constat est ressenti de manière fulgurante dans les grandes structures. Les vêtements, la gestuelle, les accessoires, les marques, sont des éléments passés au crible fin par les collègues, les supérieurs ou encore les subalternes.

Consciemment ou inconsciemment, les personnes s’intéressent tout particulièrement à ce genre de détails et leur prêtent une attention singulière. C’est une sorte de réflexe permettant aux gens de se construire une première idée de la personne en face avant de la jauger de près. C’est en quelques sortes se fier à ses premières impulsions avant de juger les compétences et la personnalité de l’individu. Cette première opinion qui sera mise à jour au fur et à mesure de l’établissement du contact avec la personne.

Au sein de l’entreprise, il est possible de retourner cet aspect en faveur de la personne. Comme le stipule M. Ahmed EL FEHDI, un chef de plusieurs entreprises au Maroc et à l’étranger, l’aspect extérieur peut avoir des répercussions positives ou encore négatives sur l’image de la personne au sein de l’entreprise.

De toutes les façons, l’aspect extérieur est limité à trois paramètres, qui sont relativement maîtrisables et gérables par la personne, à savoir: le look, la voix et le langage du corps. De ce fait, il est aisément à la portée de la personne de maîtriser son image de soi. Cette maitrise est plutôt réalisable en évitant de suivre la mode et plutôt s’en tenir à l’étiquette régnant dans son milieu de travail. Il est donc préférable d’opter pour des couleurs sombres mais inspirant une certaine tranquillité chez autrui.

Quant au langage du corps, il faut lui accorder une attention toute particulière car il peut même trahir certaines idées.